Sentric réunit Castell, Kirk, Salvo, STI & Zonegreen

Home » Actualités et Perspectives » Rencontre avec Iain, Ingénieur, Zonegreen, Royaume-Uni
NOS ÉQUIPES

Rencontre avec Iain, Ingénieur, Zonegreen, Royaume-Uni

Iain a rejoint Zonegreen après une longue carrière dans l’armée britannique. Il met aujourd’hui ses compétences en mécanique, acquises au fil des années de réparation d’équipements militaires, au service de la sécurité des cheminots.

Iain, technicien chez Zonegreen lors d'une installation ferroviaire

En quelques mots, parlez-nous un peu de vous.

Ayant grandi dans une ville minière du nord de l’Angleterre, près de Sheffield, je n’étais pas particulièrement doué à l’école et je pensais suivre ma famille et mes amis dans les mines. La fin inattendue de l’industrie minière dans les années 80 m’a fait changer d’avis.

À 16 ans, j’ai décidé de rejoindre les Royal Electrical and Mechanical Engineers (REME) de l’armée britannique. Ma carrière militaire a duré 22 ans et j’ai acquis des compétences et des qualifications précieuses, notamment un diplôme national supérieur en génie mécanique.

Tous les trois ans, il y avait un nouveau site et de nouveaux défis, de la maintenance des véhicules à roues à l’entretien des réservoirs. J’ai apprécié les différentes affectations en Allemagne, au Canada, au Kenya et au Royaume-Uni.

À 40 ans, alors que mon service militaire touchait à sa fin, j’ai commencé à chercher des opportunités dans la vie civile. Après quelques emplois différents, j’ai reçu le soutien de collègues vétérans qui m’ont recommandé l’industrie ferroviaire. J’ai d’abord rejoint EMD, où j’assurais la maintenance de locomotives électro-diesel. Un ancien collègue qui travaillait pour Zonegreen m’a contacté et m’a recommandé pour un emploi.

Iain en Bosnie, 1998

À quoi ressemble une journée typique pour vous ?

J’ai rejoint Zonegreen en tant que technicien en 2015. Mon rôle consiste à inspecter et à entretenir les équipements que nous avons installés dans les dépôts ferroviaires à l’échelle nationale. Tous les six mois, je m’assure que nos solutions sont opérationnelles, efficaces et sûres.

Mon rôle est de les examiner et de faire des recommandations de maintenance si nécessaire. Je travaille en étroite collaboration avec l’équipe d’ingénierie. C’est un travail qui combine mon expertise mécanique et ma passion pour la résolution de problèmes. J’aime voyager à travers le pays pendant la majeure partie de la semaine et me reposer à la maison le week-end.

Il y a beaucoup d’anciens militaires dans l’industrie ferroviaire. Lorsque je visite un dépôt, je tombe toujours sur des personnes avec qui j’ai travaillé il y a 15 ans dans l’armée. Cela crée vraiment un lien et facilite le travail en commun.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre fonction et dans l’entreprise ?

Dans l’armée, j’ai eu une existence nomade, mais qui m’a inculqué la discipline, la capacité d’adaptation et la camaraderie. Chez Zonegreen, j’apprécie l’esprit de collaboration et le respect mutuel entre mes collègues. Chacun comprend que chaque rôle, même s’il semble mineur, contribue au succès collectif de l’organisation.

Quel est votre projet le plus mémorable ?

Mon projet le plus mémorable s’est déroulé dans l’armée, dans le cadre du programme de réparation hivernale. L’un des plus grands centres d’entraînement de l’armée britannique se trouve en Alberta, au Canada. Pendant les mois les plus froids de l’année, les températures peuvent descendre en dessous de -30°C.

Le froid extrême peut avoir un impact destructeur sur le matériel, c’est pourquoi nous effectuions des réparations vitales pour l’ensemble de l’équipement pendant cette periode. Tout l’équipement était retourné à l’atelier et chaque véhicule était entièrement révisé pour être prêt pour la prochaine saison d’entraînement. Je me souviens très bien de ces six mois. Les week-ends, nous pouvions aller skier et explorer les montagnes Rocheuses. C’était une expérience formidable malgré le froid et le vent.

Pourriez-vous nous faire part d’un fait amusant vous concernant ?

En dehors de mon travail, j’aime courir sur de longues distances et j’ai participé à de nombreux semi-marathons et marathons complets. J’en fais généralement un par mois. Je me suis même attaqué à l’emblématique marathon de Londres pendant la COVID-19. Nous l’avons fait virtuellement, en courant 26 miles où nous voulions. Ce fut une expérience fantastique. La course à pied m’aide non seulement sur le plan de la forme physique, mais aussi sur celui de la clarté mentale.

Iain lors du semi marathon de Silverstone

Loading